Aller au contenu

Comment devenir un producteur de CBD en France en 2022 ?

    istock 1180694437

    Dans un arrêté publié le 31 décembre 2021, la France autorise la production et la commercialisation de produits à base de CBD. L’ouverture de la filière à l’exploitation du CBD représenterait pour le marché français des opportunités d’emplois et de profits considérables. 

    Il faudrait pour cela autoriser la culture de nouvelles variétés de chanvre, sélectionnées pour leur forte teneur en cannabidiol et non pour leur production massive de paille et de graines, comme c’est le cas actuellement. La vente des feuilles et des fleurs de la production française n’est pas non plus à l’ordre du jour, présentant un frein au développement total sur le marché du CBD pour les producteurs français.

    Cet article pourrait vous intéresser : Quels sont les produits à base de CBD les plus vendus en France ?

    Vers un élargissement de la culture du chanvre en France ?

    En 2017, selon les chiffres publiés par un collège de producteurs et transformateurs de chanvre français, 89% du poids (79% de la valeur économique) de la production annuelle issue de la culture du chanvre en France serait destiné à la fabrication de paille. Les 11% restants (21% en valeur) constituent la production de graines de chanvre.

    L’ouverture de la filière à l’exploitation du CBD représenterait pour le marché français des opportunités d’emplois et de profits considérables. Il faudrait pour cela autoriser la culture de nouvelles variétés de chanvre, sélectionnées pour leur forte teneur en cannabidiol et non pour leur production massive de paille et de graines, comme c’est le cas actuellement. La vente des feuilles et des fleurs de la production française n’est pas non plus à l’ordre du jour, présentant un frein au développement total sur le marché du CBD pour les producteurs français.

    La filière française est donc particulièrement surveillée. Lors d’un déplacement dans la Creuse en avril 2019, le Premier ministre Édouard Philippe a néanmoins promis d’étudier la demande des producteurs français et d’envisager l’autorisation du cannabis thérapeutique en France. En plus d’ouvrir de nouveaux horizons pour la recherche médicale, cela pourrait également avoir pour effet de permettre l’expansion de la culture du chanvre en France.

    Cet article pourrait vous intéresser : Ouvrir un magasin de CBD : les b.a.-ba

    Opportunités et limites du développement grâce au CBD

    Le prix moyen par tonne est actuellement estimé à 100 € pour la paille et à 900 € pour les graines. Si les prix de revient de la tonne de CBD sont inconnus en raison de l’absence actuelle de marché, ils devraient cependant facilement égaler, voire dépasser, les chiffres actuels.

    Cependant, le chanvre dit de bien-être, comme cela pourrait être le cas du CBD, ne semble pas faire l’objet d’une quelconque préoccupation de la part du gouvernement français. Les opportunités de développement de la culture du chanvre en France pourraient alors être largement considérées comme limitées par la seule considération du cannabis thérapeutique. Ce dernier s’accompagne en effet de conditions de culture drastiques, souvent uniquement accessibles aux grands groupes, et ne profitant donc pas aux plus petites exploitations.

    istock 1279487328 2

    Plusieurs centaines de nouveaux producteurs

    Actuellement, environ 1 500 agriculteurs cultivent environ 20 000 hectares de chanvre en France, soit un peu moins de la moitié de la surface cultivée en Europe. Six chanvrières seulement transforment cette matière première dans l’Hexagone, employant 350 personnes.  La plante présente des débouchés solides et très diversifiés dans l’industrie du papier, le bâtiment, le textile, les cosmétiques et les denrées alimentaires humaines et animales.

    Grâce à la légalisation de la culture pour la production de CBD, une multitude de nouveaux cultivateurs pourraient tenter d’entrer sur ce marché, bien qu’il soit difficile pour le marché d’absorber plus de 500 nouveaux entrants, selon Nathalie Fichaux, directrice d’InterChanvre. En effet, ce syndicat national rassemble plus de 1400 producteurs et transformateurs de chanvre. « Depuis deux ans, nous répondons à entre 5 et 30 personnes par semaine qui souhaitent lancer leur production de cannabis à destination de l’extraction du CBD », précise-t-elle à l’Usine Nouvelle.

    Par ailleurs, le directeur du syndicat rappelle qu’en Suisse, 600 entreprises ont vu le jour suite à la légalisation du CBD, mais que seules 200 existent encore aujourd’hui. Dernier scénario en date aux États-Unis, où la légalisation du CBD et de sa production à la suite du Farm Bill de 2018 s’est traduite par 59 000 acres de chanvre cultivés dédiés à ce cannabis sans THC, ou presque. Ce nombre a chuté à 18 000 aujourd’hui. « Beaucoup de personnes en France voient le cannabis comme le futur or vert alors que les prix ne font que baisser, car la production mondiale est déjà saturée », ajoute Nathalie Fichaux.

    Pour les producteurs actuels, une reconversion pas évidente

    Le chanvre étant une plante annuelle (qui meurt chaque année), il offre par nature une flexibilité aux cultivateurs pour réorienter leur production. Cependant, la culture du cannabis pour sa fleur est complètement différente de la culture actuelle visant les autres parties de la plante. Aujourd’hui, la densité de culture du chanvre est de 250 pieds par mètre carré, avec des plantes poussant à plusieurs pieds de hauteur pour rechercher la lumière et créer plus de fibres. Pour la culture de la fleur, la densité est réduite à… 1 pied par mètre carré, le but étant de créer un maximum de branches pour que les fleurs s’épanouissent. Compte tenu de ces contraintes, les producteurs de chanvre peinent à se positionner sur une valorisation rentable de toutes les parties de la plante.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.